La fédération en quelques mots

SANTÉ MENTALE FRANCE
Soigner – Accompagner – Entreprendre

Une nouvelle fédération
Résultat de la fusion, en juin 2016, des fédérations :

- d’aide à la santé mentale (FASM) Croix-Marine, fondée en 1952, après le drame des 45 000 malades et handicapés psychiques décédés prématurément au cours de la 2ème guerre mondiale, pour transformer les asiles en véritables établissements de soins et soigner en dehors de l’hôpital

- des associations gestionnaires et d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique (AGAPSY), créée en 2008, après la reconnaissance du handicap psychique,  l’initiative d’associations de familles et d’association du secteur du handicap psychique

Une fusion : pourquoi ?
• 1/3 des adhérents d’AGAPSY étaient également adhérents de la FASM Croix-Marine
• Les associations Croix-Marine avaient elles-mêmes évolué en développant des nombreuses structures médico-sociales pour personnes handicapées psychiques
• Tous les établissements sanitaires privées à but non lucratif et certains établissements publics de santé mentale avaient depuis une trentaine d’années créé des structures médico-sociales
• Les valeurs et les objectifs des deux fédérations étaient largement partagés, notamment sur les notions de continuité des parcours de vie et de santé, sur les droits, sur le rétablissement, sur la stigmatisation…

Une fédération : pour quoi faire ?
• Pour défendre, avec les partenaires qui partagent les mêmes valeurs, les intérêts des personnes souffrant de troubles psychiques et en situation de handicap psychique :

- Lutte contre la stigmatisation
- Reconnaissance et respect des droits et de la citoyenneté des personnes en situation de handicap psychique
- Reconnaissance du fait que la personne malade ou en situation de handicap psychique est le premier acteur de ses soins
- Promotion de l’accès précoce et rapide aux soins et à l’accompagnement pour toutes les personnes qui en ont besoin
- Lutte pour des parcours de santé et de vie, de qualité et sans rupture
- Promotion de l’objectif de rétablissement et de la réhabilitation psychosociale
- Reconnaissance de la place des aidants et soutien à ces aidants, à commencer par les familles,
- Développement de la recherche dans tous ses aspects (fondamentale, clinique, épidémiologique, évaluative)
- Amélioration de la formation des professionnels
- Développement de sensibilisations et d’informations à destination du   grand public et de publics ciblés (services RH des entreprises et des collectivités, bailleurs…)
- Travail en réseau
Les  valeurs et les objectifs de Santé Mentale France sont présentées dans la Charte que l’Assemblée Générale a adoptée le 27 septembre 2016 à Rennes. Consulter la Charte

Une fédération diverse
• Des adhérents représentants toutes les composantes de la santé mentale, mais fortement implantée dans le secteur du handicap psychique :
- des groupes d’entraide mutuelle (GEM),
- des associations gestionnaires d’établissements et services sociaux, médico-sociaux et sanitaires (groupe d’adhérents le plus important)
- des associations professionnelles non gestionnaires (associations dites de l’article 93, associations de formation, associations de professionnels) mais souvent liées à des établissements
- des établissements publics de santé mentale 

Une fédération  implantée sur tout le territoire
• Des adhérents qui sont présents dans les 13 régions métropolitaines et dans certaines régions d’outre-mer
Une organisation en trains de se constituer : les coordinations régionales
• Une fédération en développement: au cours de sa réunion du 9 février, le CA a entériné 5 demandes d’adhésions nouvelles et enregistré des ré-adhésions et il doit en valider encore aux prochaines réunions.

Une fédération qui travaille avec ses partenaires
• Adoption d’un plaidoyer pour un plan psychique auprès des candidats aux présidentielles, avec l’UNAFAM et Aire
• Organisation d’une journée en novembre 2016 avec l’UNIOPSS et l’ADESM en novembre à Blois et l’adoption d’une plateforme
• Des projets de coopération avec le PSYCOM, avec l’INFIPP (organisme de formation non lucratif spécialisé dans la santé mentale), l’ANCREAI…

Une fédération dont la reconnaissance s’accroit

• Participation au comité national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) placé auprès du premier ministre
• Participation au Conseil national de santé mentale, au COPIL Handicap psychique et au COPIL Psychiatrie auprès du ministre de la santé
• Membre du comité d’entente national, adhérent national de l’UNIOPSS, du comité de pilotage de la SISM, du CA du comité français pour l’emploi accompagné, du CA du CNIGEM…